Pourquoi venir à Gdansk?

Je ne sais pas si les Français viennent à Gdansk au hasard du voyage…Il me semble qu’il faut avoir quelque chose à faire, une raison particulière d’y venir! toujours est-il que nous n’avons croisé aucun « Européen du Sud », hormis les 2 Espagnols du dimanche soir… À Gdansk, le tourisme est essentiellement polonais!

Et pourtant… Il faut venir à Gdansk!! Nous avons fait une vraie rencontre avec une ville magnifique, une architecture incroyable et une culture très dense! Voici les trois coups de cœur de nos 48h passées au Nord de la Pologne!

3-La presqu’île de Hel!

C’est LA station touristique par excellence! À Hel, on peut tout faire: du paint-ball, du buggy, de la planche, du bateau, du jet-ski…comme partout ailleurs dans le monde au bord d’une plage un temps soit peu touristique… On peut aussi prendre le temps de marcher à travers les forêts de pins, le long des bunkers abandonnés de la Seconde Guerre mondiale…et atteindre la plage après la petite dune recouverte de lande…et c’est beau!

Nous avons pris le train depuis Gdansk (2h jusqu’à Hel) mais vous pouvez aussi vous arrêter avant (car la ville en elle-même n’a vraiment rien de transcendant) et marcher jusqu’à la plage qui offre deux versions: un côté calme enfermé entre presqu’île et continent et un côté plus sauvage…
Le retour s’est fait en bateau (Hel/Sopot, 1h30) et train (Sopot/Gdansk, train toutes les 10 min). Vérifiez horaires et tickets auprès de l’office du tourisme.

2-Le centre-ville! Il faut emprunter successivement les rues Piwna, Mariacka et Dluga qui débouche sur la grande place: Dlugi Targ. Des boutiques d’ambre (beaucoup! Mais Gdansk est la capitale mondiale de l’ambre), la fontaine de Neptune, la basilique Mariacka (le plus bel exemple de gothique de la Baltique)… Tant de jolis monuments qui reflètent une belle lumière, un régal! Nombreuses animations en été, comme la Saint Dominique ou la brocante!


Là encore, architecture typique des villes baltiques avec maisons à pignons qui reflètent la richesse de la ville hanséatique!

Pour vous restaurer, le Swojski Smak ou le Familia Bistro vous offriront de belles et goûteuses assiettes de spécialités (polonaises pour le 1er et lituaniennes pour le 2nd) à des prix défiant toute concurrence!

1-Enfin, il faut venir à Gdansk pour le centre européen de solidarité, le musée de Solidarnosc. Rien que pour lui? Et bien oui, pourquoi pas?!!!! Soyons fous, soyons jeunes…
Le musée est situé à la place de l’ancien chantier naval Lénine et un monument aux victimes (du communisme) de 1970 est érigé devant.

L’entrée au musée coûte 47zl pour une famille (2 adultes-2 enfants) et comprend les audio-guides. En français, on a accès pour chaque salle à une introduction (autour de 4/5 min) puis aux explications pour les 4/5 points les plus importants. Pour le reste, les panneaux explicatifs sont traduits en anglais. Mais il y a 7 salles et nous y avons passé plus de trois heures…

L’intérieur est une merveille…le musée est neuf (inauguré en 2014) et une attention particulière est mise sur l’interactivité. Exit donc les grands panneaux rébarbatifs aux centaines de mots…oui, oui, en vacances je suis fainéante…et bonjour la technologie moderne, écrans tactiles, projections, musique, effets de lumière…

La première salle présente le chantier naval, point de départ du syndicat Solidarnosc. Et là, miracle!! Aucun gardien ne vient demander aux enfants de ne rien toucher!!! Ils peuvent bidouiller, monter dans les grues et les chariots électriques…bref! Un régal pour les enfants mais aussi pour les parents qui peuvent se concentrer sur l’histoire de la Pologne, de Solidarnosc, du communisme, de la guerre froide ou du rôle du Pape Jean-Paul II dans l’accession du pays à la liberté…

Et dans chaque « engin », un écran et des petits films qui défilent… Il y en a même un dans un masque à souder, c’est dire si chaque détail est minutieusement réfléchi…

Le tour se poursuit dans de vastes salles toutes aussi bien conçues les unes que les autres…

Ce qui fait la richesse du musée, au-delà des écrans tactiles que l’on aime bien bidouiller nous aussi…, ce sont les archives. On peut pénétrer par exemple dans un appartement polonais typique des années 1970 ou dans le bureau du principal opposant politique au communisme, ce qui nous donne l’occasion d’aborder plein de choses avec les enfants…
Maman??, c’est quoi ça????

Du coup, on peut aussi s’asseoir dans la salle d’interrogatoire…derrière laquelle se découvre le mur des arrestations…ce qui soulève de nombreuses questions de la part de Routarde n•1…

Il ne faut pas oublier non plus la richesse des affiches conservées dans le musée…bref, un endroit dans lequel on pourrait passer une journée entière…

À la fin de l’expo, un grand mur recouvert de petits papiers fait apparaître le mot: Solidarnosc! Un beau point final à l’expo qui enchante les enfants! Routard n•2 se précipite pour écrire ce qu’a représenté pour lui ce parcours de plus de 3h et on est étonné de lire son message…

À croire que le message délivré par le musée est résolument un message d’espoir, d’optimisme puisqu’en sortant, on a le sourire et on est regonflé à bloc…

C’était le but je crois…

Infos pratiques: le centre est conçu comme une agora moderne, avec vastes espaces pour discuter, très grande Bibliotheque, un café et un restaurant. Possibilité de ramener quelques souvenirs (parce que je suis sûre que vos enfants vous demandent aussi des boules à neige 😉), une belle librairie mais peu de bouquins en anglais et un espace « jeux éducatifs » à 5zl/personne/heure, avec présence obligatoire d’un parent!